À propos du cours de Gilles Deleuze

Le présent article se propose de donner un aperçu bref mais global du cours de Gilles Deleuze, corpus relativement méconnu dans le détail, de sorte qu’il soit plus aisé de s’orienter dans cette vaste et magnifique archive.

Le cours de Gilles Deleuze est un corpus relativement méconnu dans le détail. Le fait qu’il soit archivé et mis en ligne par la Bibliothèque Nationale de France le rend accessible en principe, mais l’interface compliquée du site de même que la disparité des parties de séances, qui ne sont pas toujours dans le bon ordre, rend l’accès au cours inutilement compliqué. Récemment, des interfaces plus modernes ont été utilisées pour sa diffusion en version audio, notamment sur le site “ Soundcloud ”[1]. Il n’en reste pas moins qu’en lui-même, le cours de Deleuze demeure relativement mystérieux. Le présent article se propose de donner un aperçu bref mais global de cette ressource, de sorte qu’il soit plus aisé de s’orienter dans cette vaste et magnifique archive.
            Les cours dont nous possédons à ce jour les enregistrements furent professés du semestre d'automne 1979 jusqu'au départ à la retraite du philosophe, au semestre de printemps 1987. Ils sont intitulés de la manière suivante, dans l'ordre chronologique :

 

- Appareil d’état et machine de guerre (1979-80, 13 séances, 22 heures)

- Leibniz (1980, 5 séances, 10 heures)

- Réflexions sur l’Anti-oedipe (1980, 2 séances, 4 heures)

- Spinoza (1980-81, 13 séances, 29 heures)

- La peinture (1981, 8 séances, 19 heures)

- Cinéma 1 (1981-82, 21 séances, 40 heures)

- Cinéma 2 (1982-83, 23 séances, 55 heures)

- Cinéma 3 (1983-84, 22 séances, 55 heures)

- Cinéma 4 (1984-85, 26 séances, 63 heures)

- Foucault (1985-86, 26 séances, 67 heures)

- Leibniz (1986-87, 20 séances, 48 heures)

 

Un année de cours (semestre d'automne + semestre de printemps) comprend quelque 20 à 25 séances, à l'exception malheureuse d'enregistrements perdus, abîmés ou incomplets. Deux cours, en l'occurrence le premier Leibniz et Réflexions sur l'Anti-Oedipe, font office d'interludes et représentent respectivement 5 et 2 leçons.

            A l’origine, les cours furent enregistrés sur support cassette audio. Une cassette étant trop courte pour enregistrer un cours complet de 2 à 3 heures, il fallait utiliser plusieurs cassettes par séance: c'est pourquoi nombre de parties de cours sont désordonnées entre elles, inversées ou confondues avec des parties d'autres séances. De plus, certains cours disponibles sur le site de Paris 8 sont incomplets et plus courts que la version BNF, par exemple. Ce problème a été résolu par la version Soundcloud, qui comprend par ailleurs trois séances encore inédites. Au total, le cours de Gilles Deleuze représente 179 séances pour un total de 413 heures et 12 minutes d’enregistrement.

            On peut se demander ce qui a motivé le choix des sujets abordés par Deleuze lors de ces huit années. Une partie de réponse se trouve dans les publications faites en parallèle par le philosophe. Ainsi l’on peut mettre en évidence les co-occurrences suivantes :

 

Année I :

Appareils d'Etat et machines de guerre, 1979-1980, 13 séances. Ce cours intervient alors que Deleuze s’apprête à publier la deuxième partie de “ Capitalisme et Schizophrénie ” intitulée “ Mille Plateaux ” (1980). On retrouve nombre d’éléments de ces 13 séances dans les trois derniers chapitres de “ Mille Plateaux ”, à savoir: “ 1227 – Traité de nomadologie: la machine de guerre ” (chapitre 12, p. 434 et suivantes), “ 7000 av. J.-C – Appareil de capture ” (chapitre 13, p. 528 et suivantes) et “ 1440 – Le lisse et le strié ” (chapitre 14, p.592 et suivantes).

 

Leibniz. Deleuze entend par ces 5 séances faire découvrir le philosophe allemand, en insistant sur son activité créatrice de concepts. Bien que ce sujet ait été choisi, semble-t-il, par Deleuze lui-même, allant ainsi à l’encontre des suggestions de ses étudiants, il prépare le second cours consacré à Leibniz qui interviendra en parallèle à la publication de l’ouvrage “ Le Pli—Leibniz et le Baroque ” (1988), voir plus bas.

 

Anti-Œdipe et autres réflexions.À la demande des auditeurs, Deleuze reprend dans ces 2 séances certains thèmes de l’ouvrage “ L’Anti-Œdipe ” (1972), à partir de la notion de processus. Il s’agit essentiellement de deux séances de questions et réponses.

 

Année II :

Spinoza, des vitesses de la pensée, 1980-1981. Deleuze reprend son ouvrage “ Spinoza, Philosophie Pratique ”  de 1970. Il y développe notamment le contenu des chapitres III, V et VI qui sont ajouté à la ré-édition de l’ouvrage de 1981.

 

La peinture et la question des concepts. Ces 8 séances sont reprises dans les 7 derniers chapitres du livre “ Francis Bacon, Logique de la Sensation ”, publié en 1981. Deleuze y développe notamment la notion de diagramme, qui réapparaîtra dans sa lecture de Foucault.

 

Année III :

L'image-mouvement, leçons bergsoniennes sur le cinéma, 1981-1982. Ces 21 séances entrouvrent et accompagnent l'ouvrage “ L'Image-mouvement, Cinéma 1 ”, publié en 1983.

 

Année IV :

Cinéma, de la classification des signes et le temps, 1982-1983. Deleuze annonce qu'il entend reprendre certains points abordés l'année précédente. Ces 23 séances accompagnent les trois premiers chapitres du livre “ L'Image-temps, Cinéma 2 ”, publié en 1985.

 

Année V :

Cinéma, Vérité et temps: le faussaire, 1983-1984. Ces 22 séances accompagnent les chapitres 4 à 6 de l’ouvrage “ L’Image-temps, Cinéma 2 ”.

 

Année VI :

Cinéma et pensée, 1984-1985. Ces 26 séances correspondent aux 3 derniers chapitres de “ L’Image-temps ”. Le philosophe annonce sa volonté de consacrer l’année suivante à la question: qu’est-ce que la philosophie ?, chose qu’il ne fera pas puisqu’il consacre l’année VII à Foucault.

 

Année VII :

Foucault, 1985-1986. Dans ces 25 séances, Deleuze développe les trois axes de la pensée de Foucault,  concepts qui seront repris dans le livre “ Foucault ”, publié en 1986. Ce travail suit le décès, le 25 juin 1984, de l’ami et collègue de Deleuze.

 

Année VIII :

Leibniz, philosophie baroque, 1986-1987. Ce cours accompagne la publication en 1988 de l’ouvrage “ Le Pli—Leibniz et le Baroque ”. On y trouve aussi un grand nombre de réflexions sur la nature de l’activité philosophique, ce qui prépare l’ouvrage célèbre “ Qu’est-ce que la philosophie ” publié en 1991.

 

Comme on le voit, le cours accompagne de près le parcours intellectuel du philosophe. Ce parcours semble suivre ce qu’il faut bien appeler une “ mystique de la lumière ” chez Gilles Deleuze, car les cours liés au 17ème siècle, sur Spinoza et Leibniz, ainsi que celui sur l’art (qui couvre le problème de la lumière dans l’art, de l’Antiquité à l’époque moderne), et bien sûr les cours sur le cinéma (qui couvrent le problème du mouvement et du temps dans l’image) suivent une trame conceptuelle liée à la modalité de dispersion de la lumière—lumière de l’image visuelle bien sûr, mais aussi lumière de la connaissance et de l’esprit.

 

[1]On trouvera l’intégralité de la version audio du cours, accessible en streaming, sur la page suivante: https://soundcloud.com/user-375923363/tracks Les parties de séances y sont réunies, ce qui permet une numérotation précise des séances.