par Laurent Stavaux

Terreur

Un Airbus de la Lufthansa a été détourné avec 164 passagers à bord ; le terroriste menace de faire s’écraser l’appareil sur les 70 000 spectateurs d’un stade de football bondé, un soir de match.

·

Aux commandes de son Eurofighter, le major Koch a intercepté l’avion de ligne. Conformément à la loi, il reçoit l’ordre de ne pas tirer. En son âme et conscience, Lars Koch fait un autre choix : 164 vies contre 70 000, il abat l’appareil.

« Terreur » du célèbre criminologue allemand Ferdinand von Schirach prend la forme d’une pièce de théâtre : nous sommes au tribunal et assistons au procès du major Lars Koch, officier pilote exemplaire, qui comparait devant la justice pour homicides volontaires avec préméditation.

Tout au long de leur joute oratoire, le président, l’avocat, la procureure et l’accusé rejouent les faits avec passion : qui s’est trompé, a eu tort ou raison d’agir ou pas ? La mise en balance des vies humaines est-elle possible dans des situations extrêmes, selon un point de vue conséquentialiste, ou bien une déontologie kantienne doit-elle prévaloir ? Justice et aéronautique se rencontrent de manière pertinente sur le terrain du droit et de l'éthique.

L’outil de réflexion est puissant, jusqu’au dénouement qui met le lecteur dans la position d’un juré : acquittement ou condamnation ? Au terme d’un suspense juridique haletant, la pièce propose deux fins, le Président prononçant avec éloquence un jugement et ses arguments, ou bien l’autre… à vous de choisir !


Recension par Laurent Stavaux, parue initialement dans "Le Piège", revue des anciens élèves de l'Ecole de l'air.